Syndrôme des défilements et Omission de l'information Vestibulaire

Historique


Repérée par Sémont, Freyss et l'équipe de Lariboisière dès les années 80, l'omission vestibulaire a été nommée et décrite par Freyss.


Epidémiologie


Le syndrome de défilement touche une grande part des patients ayant subi une atteinte vestibulaire avérée et d'une importante durée.


Etiologie


Il s'agit d'une atteinte neuro-sensorielle fonctionnelle.


Physiopathologie


Nous considérons que les dépendances visuelles s'installent en deux phases :

 


Clinique


A l'interrogatoire, on retrouvera des doléances centrées sur des instabilités isolées, sans vertige. Elles seront relatées plus souvent dehors que chez soi. Le dénominateur commun aux situations qu'on nous rapporte est un défilement visuel, relativement prolongé, et à vitesse assez constante. Les situations d'inconfort souvent relatées sont les suivantes :


"je suis mal dans les hypermarchés" ou "je n'y vais plus"
"je suis mal dans la foule"
"piéton, je suis mal au moment de m'engager sur la voie après avoir attendu devant les voitures qui passent"
"je suis mal après avoir marché en regardant juste devant mes pieds"


Nous trouvons enfin des situations où le patient est en voiture doublant des camions ou regardant le rail ou la bordure séparant la chaussée d'autoroute ou les arbres longeant la route.
Dénominateur commun donc : un défilement.
La dépendance visuelle peut donc sur le plan clinique s'intituler syndrome de défilement.

 

Hormis l'équitest, par ces tests d'organisation sensorielle (S.O.T. : Sensory Organisation Test), l'exploration classique n'objective pas les dépendances visuelles car il s'agit bien d'affections purement fonctionnelles. On risque alors de pencher pour une anxiété installée à expression agoraphobique, psychogène et non comme dans ce syndrome, comme étant le résultat de l'aggravation de la désorganisation neuro-sensorielle.


Enfin, le plus simple est de rechercher son expression par l'instabilité devant l'O.C.CT. : Opto Cinétique en Champ Total.


Evolution


Il est rare que le syndrome des défilements s'amende par lui-même. Par bonheur il est sensible à notre PEC en réhabilitation vestibulaire.


Traitement


La très grande majorité de ces syndromes disparaissent totalement ou presque en travaillant sur 8 à 12 séances avec l'O.C.C.T. classiquement appelée "planétarium" mis au point par l'équipe de Simpson, le CNRS et Sémont en France.


Ce générateur d'O.C.C.T. envoie dans un environnement très particulier et obscur, un pattern visuel mobile : projection de différentes formes lumineuses ; ceci de façon continue et dans tout le champ visuel.


Pour conclure, nous plaidons pour que le mèdecin recherche les dépendances visuelles. C'est l'affaire de quelques questions simples.


L'expérience prouve que l'O.C.C.T. est un système étonnament puissant. S'il est mal utilisé, ou si ce syndrome n'est pas pris en compte, il arrivera que l'instabilité et les désorganisations neuro-sensorielles liées s'installent. Instabilité anxiogène par la sensation de "non contrôle" de soi-même.


Au pire, on retrouvera une agoraphobie mais qui, bien sûr, ne se sera mise en place que de manière secondaire. Par contre, si l'on respecte ces quelques contre-indications et ces strictes contraintes d'application, l'O.C.C.T. permet d'obtenir de surprenants résultats sur cette affection, répétons-le, purement fonctionnelle et ce, en quelques séances.

>> Lire la suite (présentation du Neurinome)
Omission vestibulaire : diagnostic et traitement